Compagnie théâtrale des Déniapés

Compagnie théâtrale des Déniapés

Des fantômes au théâtre des Grésilles - 1er juin 2018

Des fantômes au Théâtre des Grésilles

 

 

Maison Close 05.jpg

Compagnie des Déniapés - Grésilles - 2018 - 06.jpg
 

 

Ce vendredi 1er juin 2018, de drôles de fantômes ont investi le Théâtre des Grésilles à Dijon. Se mêlant aux spectateurs dés l’ouverture de la salle, deux d’entre eux, tout blancs de la tête aux pieds, et drapés comme il se doit, ont joué les « invisibles » (au moins, l’ont-ils crié tout fort en sachant bien qu’il n’en était rien), le tout au milieu des travées, se jouant de l’intimité de chacun, commentant les faits et gestes, se posant silencieusement dans les conversations, s’interrogeant sur les prénoms des uns ou des autres, sur la vie de chacun, mais surtout, veillant à ce que personne ne pénètre dans leur maison installée sur la scène. Bien évidemment, une personne a osé le franchir le seuil, une femme qu’ils ont chassée illico. Voilà ! « Maison Close » venait de démarrer dans une ambiance enjouée où mortels et immortels se confrontaient dans une complicité faussement indifférente. Les sourires et les rires se répondaient comme un grand pied de nez à la vie et à la mort.

 

Ces deux braves fantômes, héritiers d’une vieille famille de la noblesse, vivaient alors tranquillement leur immortalité dans cette ancienne et grande bâtisse du XVIIème siècle où une vieille dame terminait son existence dans une ou deux petites pièces, pas plus. De quoi leur laisser une large place pour étaler leur puissance invisible de vieux nobles d’un autre temps.

 

Mais voilà ! La pauvre vieille meurt, ouvrant les perspectives aux héritiers, aux envieux de toute sorte, mais aussi à un autre fantôme en mal de logement, une femme.

 

Le public très réactif a suivi avec beaucoup de plaisir les péripéties rocambolesques de ces personnages hauts en couleurs dont la confrontation a provoqué des éclats de rire.

 

 

Compagnie des Déniapés - Grésilles - 2018 - 17.jpg

 

 

 

Entre l’héritier qui croyait s’être sorti de ses ennuis financiers, la médium russe aux appétits financiers considérables, la notaire dont le vocabulaire administratif cachait peut-être d’autres volontés moins avouables et ses trois fantômes tragicomiques sortis d’on ne sait où, ça circulait et ça courait sur la scène, aussi dans la salle. Une sorte de tourbillon qui s’installe peu à peu jusqu’au dénouement final, dans la même veine que le reste de l’histoire, enfin la même veine, si tant est que pour des entités sans corps, on puisse parler de veine.

A la fin de la pièce, de longues discussions se sont installées entre spectateurs et acteurs, une complicité retrouvée et réellement assumée puisque les fantômes étaient redevenus des êtres en chair et en os. C’était une belle soirée de théâtre.

 

La Compagnie des Déniapés tient à remercier l’Association du Renouveau, notamment Cécile et Stéphane pour leur aide, leur soutien, pour l’organisation administrative et la réservation du Théâtre des Grésilles, également les régisseurs du Théâtre, Manu et Christophe qui ont apporté une touche technique de haute qualité et une lumière qui a embelli la pièce. Ces remerciements pour la régie sont aussi pour Cécile qui a assuré une belle qualité de son, nécessaire au tourbillon de vie de la pièce.

 

« Maison Close » reviendra sur scène en octobre à Barges au Festival de la Plaine, puis en décembre pour le Téléthon.

 

 

Maison Close.jpg

Compagnie des Déniapés - Grésilles - 2018 - 03.jpg

 

 

Galerie-Photos

 



02/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres